ARTMETA au Centre d’art et de culture d’Auménancourt

Regards croisés sur le bois, création 2009 du collectif ARTMETA, a été inaugurée à l’église de Pontgivart, Centre d’art et de culture d’Auménancourt, le 25 avril 2009.

Créé en 2008 à REIMS, le collectif artistique ARTMETA a regroupé le plasticien Franck GUIDOLIN et les photographes Gérard DUCEAU, Frédérique FOUET et moi-même.

Collectif artmeta - Centre d'art et de culture d'Auménancourt - Eglise Pontgivart
Photos : Gérard Duceau

Pourquoi cette démarche de collectif ?

Artmeta ou une aventure maîtrisée…

Aventure, en ce sens où construire une œuvre collective sans vraiment se connaître tant sur le plan technique que personnel est un véritable défi. Chacun de nous possède une sensibilité et une démarche artistique très personnelles qui s’expriment au moyen de techniques multiples et variées. Ces distinctions réunies créent une dynamique et une émulation qui, par le jeu du regard de l’autre, surprend, défie et suscite l’envie de dépasser notre pudeur et d’aller plus loin.

Maîtrisée, du fait que chacun uni dans un même souci esthétique apporte ses connaissances et ses compétences personnelles tant photographiques que plastiques pour enrichir une démarche individuelle, mais aussi construire une œuvre commune et la partager.

  • Art vient du latin ars (habileté, métier, connaissance technique).
    L’art représente l’ensemble des gestes précis concernant une pratique maîtrisée, que ce soit pour « l’art de la menuiserie » ou pour les beaux-arts.
  • Meta est un préfixe qui provient du grec μετά (après, au-delà de).
    Il exprime, tout à la fois, la réflexion, le changement, la succession, le fait d’aller « au-delà de », « à côté de ».

Le thème du bois

Le choix du thème s’est accommodé de deux préalables que nous nous sommes rapidement fixés : celui de travailler un sujet « neuf », c’est-à-dire n’ayant encore jamais véritablement été exploré par aucun d’entre-nous et de le traiter sur un laps de temps de neuf mois.

Regards croisés sur le bois – Collectif Artmeta – REIMS

Le bois a été la qualité émergente du maelström qui nous agita durant quelques semaines pour choisir le thème qui nous motiverait tous. Le bois s’est offert à nous progressivement. Il a finalement su nous permettre de montrer nos sensibilités respectives et s’est révélé être une base solide pour lier nos créativités et construire le collectif.

Un an après notre première réunion, nous présentions Regards croisés sur le bois pour la première fois dans ce magnifique lieu qu’est le Centre d’art et de culture d’Auménancourt dans l’église de Pontgivart. Pour retrouver ma propre série, rebaptisée : Bois mort, mais pas trop.

Making off !